Nouvelles de la Foire Literal Barcelone

Radicalement heureux

REstem d’aniversari! Aquesta és la cinquena edició de la Literal, la cinquena, i això és un motiu per a celebrar. Una fira d’idees i llibres radicals, a Barcelona, poc després de Sant Jordi, no durarà. És una bogeria, una quimera. No hi ha prou lectors de «llibres radicals». Això no funcionarà. O potser sí. I amb tot això a l’esquena, vam decidir tirar endavant.

Fa 5 anys la literal era només una idea.

Un projet, une petite équipe, beaucoup de désir. Un petit espace, un grand rêve. La première année, la Foire remplie presque un week-end plein de programmation, et l’Espai Bota. C’était un week-end plein de musique et de livres, avec l’espace bondé des gens... Et un seul tireur de bière, mais surtout, c’était une démonstration de ce qui pourrait devenir si nous le proposaient. Nous disons cela au pluriel, mais nous écrivons cette première année que nous ne sommes venus du public. En même temps, nous avons appris que Sant Andreu serait une foire d’édition indépendante et nous avons décidé de nous y rapprocher . Et il avait un très bon visage, et les éditoriaux et les livres n’étaient peut-être pas faciles à trouver autrement, et les activités étaient bien pensées; J’espère que ça durera.

La deuxième année, nous avons eu une participation active à la Foire. Entre autres raisons, parce que la foire avait grandi: en un an, les espaces, les éditeurs participants, la programmation, et les tireurs de la bière s’étaient multipliés. Probablement l’énergie de la première année nous a permis de nous embarquer dans la folie de toute l’enceinte de Fabra I Coats. Il devient difficile d’expliquer à ceux qui n’ont pas vu la croissance comme une autonomisation est de voir le couloir central occupé par un marché du livre qui continue à croître. La deuxième année a également été l’année que nous avons compté avec Svetlana Aleksiévich, et il est évident que la participation d’un auteur récompensé par le prix Nobel de littérature nous a aidés à nous positionner médiatiquement. Et cette année-là, les médias poussent sur le dos, et surtout avec les éditeurs qui nous soutiennent, la Foire a grandi.

La troisième année pour nous, nous écrivons cet article, c’était l’année magique.

La fira estava consolidada, les ponents omplien les sales i de cop havíem d’omplir les sales annexes amb pantalles per retransmetre per streaming la xerrada de Leila Khaled perquè Barcelona sencera tenia ganes de sentir-la. Però per a nosaltres va ser màgic per un altre motiu, també: perquè qui us escriu som les llibreteres de La Carbonera, i ens vam conèixer treballant a la Fira Literal en la seva tercera edició. La Carbonera aleshores era només un projecte, una idea, dos socis que buscaven una tercera sòcia i no acabaven de trobar el perfil adequat i aleshores, durant la fira va aparèixer la tercera sòcia. Les qui heu passat per la fira sabreu quin nivell d’adrenalina suposa, la quantitat de coses que hi passen i com de bonic i intens és tot el que passa allà dins. Doncs al final de la fira, i després d’haver treballat conjuntament, va sorgir. I així, aquesta energia, aquestes ganes de fer coses, de créixer, i aquesta gana de vida, van deixar de ser un projecte efímer a quelcom bastant més estable.

Et l’année suivante, la précédente édition de la foire, la Carbonera faisait déjà partie de l’organisation de la Foire. Et quelle joie de le faire.

La Foire n’a pas cessé de croître, et les orateurs invités à traîner de plus en plus public, ce qui nous rend heureux.

Parce que si vous avez tout le marché du livre-malgré la pluie-nous l’aimons, ayant des activités simultanées avec des sièges complets, nous aimons encore plus.

El més difícil d’escriure això és, per a nosaltres, escriure-ho sense que se’ns noti gaire que estem enamorades. Enamorades de la fira, de la feina que fem, de l’equip. De la família literal que hem anat creant, que ha anat creixent i d’aquest cap de setmana que vivim de cara al públic però que preparem des d’una setmana després de tancar la fira.

Mais en fait, pourquoi devrions-nous le cacher?

La Fira Literal ens encanta, forma part de les nostres vides, i volem celebrar-la. Celebrar-la nosaltres, celebrar els primers cinc anys, tota la feina feta. Però sobretot, celebrar tota aquella gent que participa de la fira. Tota la gent que hi ha passat, totes les ponents que hi han participat, tots els músics, totes les autores, totes les periodistes, totes les editores i llibreteres, tot l’equip. Però sobretot, sobretot, totes les visitants. Totes aquestes persones que any rere any decideixen acostar-se fins al recinte Fabra i Coats i passar unes hores amb nosaltres, gaudint dels llibres i les idees radicals.

Peut-être parce que nous avons appris, au fil des ans, que l’une des idées les plus radicales que nous puissions avoir est que nous voulons profiter du travail que nous faisons, et préparer la foire pour la partager avec vous pour la cinquième fois nous fait sentir radicalement heureux.

Carlota Freixenet et Mar Redondo
Librairie la Carbonera