Magazine de la Foire Literal 2019

Plus pluriel, plus radical, plus Literal

Il a dit Angela Davis que le fait d’être radical signifie aller à la racine des choses. Nous avons décidé d’aller à la racine de tout cela, et dans ce cinquième anniversaire, nous célébrons cette année, nous demandons pourquoi un livre est un objet radical. En fait, nous nous sommes levés si un livre peut être véritablement un objet radical, et si cela dépend du livre lui-même, ou de celui qui l’utilise, ou de la motivation de la personne qui l’écrit.

Le livre lui-même ne cesse pas d’être un objet inanimé sans une volonté propre, donc, et c’est pourquoi nous pensons comme un objet radical, parce que dans son processus de création, nous avons laissé un radical, nous avons planifié sa création et sa lecture Co Moi un processus critique. Cela signifie, en somme, que nous avons imaginé le livre comme un outil de coopération collective.

Ce que nous faisons quand nous achetons un livre est en fait le libérant. Nous libérons le contenu, nous le laissons libre, nous donnons de la valeur en tant qu’objet et nous le relâtons à partir de la valeur d’achat. Le livre devient alors précieux pour son contenu ou sa forme, mais pas pour le prix que nous avons payé pour cela. Ce n’est plus un élément de marché, mais le nôtre. Et maintenant, nous, en tant que lecteurs, devons vous donner de la valeur, et nous devons en assumer la responsabilité.

Souvent, les gens qui nous consacrent au monde du livre, nous posons la vie du livre comme un processus collectif qui mène à une lecture individuelle. C’est, en équipe ou individuellement un texte est construit, il est publié, le modèle, corrigé, imprimé est distribué et vendu. il vend à un individu, un sujet de lecteur, et à partir de ce moment, il semble que nous n’étions pas du tout responsable, parce que, en fait, nous Déléguez cette responsabilité, nous l’avons transférée aux lecteurs.

Maintenant, que se passe-t-il si nous pensons que cette lecture ne sera pas une seule mais infinie? Que se passe-t-il lorsque le livre va de pair? Comme cela cette lecture, que chaque fois est nouveau, acquiert une force interprétative, une capacité de transformation dans chaque nouveau sujet de lecteur. Et c’est peut-être pourquoi les gens qui nous consacrent au monde des livres le font, non pas pour un individu, mais par tous les individus, pour toutes les lectures du même livre, sont des lectures séquentielles d’un livre de la bibliothèque-ou sont partagés-comme Lectures d’un livre d’un club de lecture.

Parce que nous défendons que les livres nous rendent plus libres et plus heureux. Que ces lectures que nous partageons nous donnent l’autonomisation, nous aident à comprendre le monde, et donc à la gagner. Ils nous font penser, ils nous donnent des outils pour construire ce sujet collectif qui se soucie d’un bien commun qui est le garant du bonheur de tous. Nous, en bas, défendons la nécessité de lire pour grandir, pour transformer, pour apporter la vie au centre, pour décider comment nous voulons vivre, pour être responsable de nous-mêmes. Parce que pour faire un monde meilleur que vous devez savoir, et de savoir qu’il est nécessaire de partager. Et pour nous, le partage signifie aussi – ou surtout – le partage de ce que nous lisons.

Pour cette raison, chaque année, nous cultivons la foire. Parce que nous prenons très au sérieux la radicalité du livre, parce que nous sommes conscients de sa force. Et c’est pourquoi nous prenons à la fois au sérieux la tâche de célébrer les livres et le travail que nous faisons chaque année avec vous. Que si la lecture, et la création d’un livre est l’une des tâches les plus graves que nous faisons tous les jours tout au long de l’année, la foire Literal Il est temps de partager, de respirer et de prendre l’air pour suivre, le reste de l’année, la préparation de livres radicaux pour tous.

Comité d’organisation Literal

coordination
Laura Arau

agencement
Dani Rabaza – Münster Studio

écriture
Carlota Freixenet, Mar Redondo, Marina Sánchez CID, Laura Sandoval, Laia Altarriba, Adriana Partal, Laura ARAU, Emma Armengod, Jordi Cuixart et Sebastian Budgen.

Vous pouvez également lire le magazine en ligne en Lien ci-dessous.